Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CFTC  FORD

CFTC FORD

CFTC - FORD AQUITAINE INDUSTRIES


Loi El khomri. Le texte doit être retiré ! Pas seulement amendé sur quelques mesures mises en avant !

Publié par CFTC Ford sur 14 Mars 2016, 20:01pm

La technique est connue. On retire des mesures fortement médiatisées et une majorité du texte passe ! Le patronat, la droite classique, s'offusquent pour la circonstance mais la loi passe votée par une majorité droite-centre-"gauche" ! Et les perdants sont les salariés dans leur immense majorité !

Beaucoup de tapage médiatique est fait. Beaucoup parlent et commentent sans avoir lu le texte initial de la loi dite "travail" El Khomri. La CFTC FAI a mis en ligne, dès qu'il a été disponible, le lien permettant d'accéder au texte d'origine :Projet El Khomri initial.

Nous vous infirmions des reculs historiques que représenteraient, pour une grande part, les 131 pages de ce document. La levée de boucliers et les manifestations importantes ont obligé le gouvernement à réagir.

Vous trouverez sur le site Gouvernemental les explications du pouvoir:www.gouvernement.fr/

A vous de juger de la présentation choisie, du dossier de presse gouvernemental.

Nous n'avons pas trouvé sur ce site de comparatif entre le code du travail actuel et la nouvelle version. Surtout, ne figure pas clairement ce qui est modifié, supprimé. La technique semble consister à orienter le lecteur vers quelques mesures qui seraient un plus pour peut-être mieux cacher les nombreux reculs concernant les droits des salariés.

Pour rappel, la loi El Khomri arrive après les lois Macron. Elle rentre dans les mesures menant à la flexi-sécurité que souhaitent nos dirigeants et le grand patronat. Faciliter et réduire les coûts de licenciement pour soi disant favoriser les embauches. Réduire les contraintes pesant sur les employeurs, précariser les salariés. Telles sont les recettes qui nous conduiraient à l'immense euphorie du plein emploi. Cela fait des décennies qu'ils nous vendent ces salades !

Ainsi, que deviennent la réduction du temps de travail (les 35h), l'aménagement du temps de travail, les décisions unilatérales (à FAI de soi-disant négociations débouchent sur des décisions unilatérales de la Direction), la possibilité de calculer sur trois ans la moyenne hebdomadaire de travail, les conditions de licenciement, la condamnation des employeurs en cas de malversations, le plafonnement possible des indemnités...

Nous renvoyons vers d'autres analyses: www.filoche.net/. www.liberation.fr.

Il y a aussi les défenseurs de mesures qui répondraient à une logique économique www.lesechos.fr

Mais les économistes qui voudraient nous faire croire que ces mesures seraient prises pour notre bien en permettant de créer des emplois sont les même qui n'ont pas vu venir la crise financière et économique de 2008 !

De toutes façons les économistes sont en réalité divisés sur le sujet: www.challenges.fr.

Un certain nombre d'conomistes est totalement opposé à ce projet qui amplifierait des mesures connues et nocives qui n'apporteraient aucun résultat: www.atterres.org

En conclusion, on ne peut que s'opposer à une loi qui n'apporte aucune garantie en terme de maintien dans l'emploi, de niveaux de rémunération tout au long de sa carrière...

L'Etat cherche à  laminer le code du travail et quoi qu'il en dise avec le Medef, le dialogue social est en passe de caler complètement.

Le Gouvernement a repris à son compte les slogans du Medef tels que le coût du travail.

Alors que le dumping social est organisé à l'échelle Mondiale et Européenne et où sont mis en concurrence des systèmes sociaux économiques totalement différents qui tendent à vouloir aligner les conditions de travail, d'emploi, et de rémunération, sur les plus bas.

La finance et le grand patronat sacrifient les salariés sur l'hôtel de la rentabilité et du profit.

Souvenons-nous des soutiens que le texte du Gouvernement a reçu: www.lefigaro.fr, lelab.europe1.fr

Continuons à défendre et faire signer la pétition contre le projet de loi El Khomri.

 

 

 

 

Nous sommes sociaux !