Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CFTC  FORD

CFTC FORD

CFTC - FORD AQUITAINE INDUSTRIES


Comité de suivi du 18 Juillet 2016

Publié par CFTC Ford sur 19 Juillet 2016, 12:44pm

Le Comité de suivi concernant la situation de FORD Aquitaine Industries s'est tenu à la Préfecture. Il était présidé par Mr Le Préfet. Les responsables de Ford Europe, l’État, les collectivités territoriales, Mairies de Bordeaux, de Blanquefort, les Organisations Syndicales du site faisaient partie des membres présents. La déclaration préparée par les Organisations Syndicales ouvrières du site a été lue et transmise aux personnes présentes. Les Représentants de FORD ont abordé la situation économique actuelle en Europe, le choix de L'Angleterre de sortir de l’Union Européenne. Ils ont confirmé que FORD avait été bénéficiaire en 2015, ce qui n'était pas arrivé depuis 4 ans. Les signes sont encourageants pour 2016. L'évolution des normes anti-pollution avec le passage à l'Euro 6, aurait de fortes répercussions en termes de coûts, y compris sur les petits modèles de véhicules. D'autre part, si l'électrification des véhicules ne serait pas rentable pour les constructeurs d'après les représentants de FORD, il reste que cette technologie représente l'avenir, d'où les investissements importants que va réaliser la compagnie dans ce domaine. De plus, FORD a signalé qu'il y avait toujours de fortes surcapacités de production dans l'industrie automobile en Europe. Concernant la situation de FORD Aquitaine Industries, les représentants de FORD sont restés sur les annonces faites au Comité d'Entreprise le jeudi 19 Mai 2016. Ils restent confiants concernant les volumes de production pour 2016. La vision de FORD est que le Site de Blanquefort (FAI +GFT) soit un centre d'excellence concernant les transmissions équipant les petits véhicules. Une nouvelle transmission pourrait être affectée à FAI, remplaçant la 6F35 produite actuellement, à l'issue du processus d'approbation interne à FORD ( 2 ème trimestre 2017, global approval en 2018, lancement en 2019 ). Le volume de production annuel serait équivalent à celui de la 6F35. La nouvelle transmission affectée à FAI serait au top, selon FORD, pour les petits véhicules. Les volumes concernant le Carter Fox resteraient stables jusqu'en 2019 et un nouveau carter pourrait lui succéder. Les volumes du Traitement Thermique ne bougeraient pas jusqu'en 2018. Le TTH de FAI ne serait pas en danger malgré les lourds investissements réalisés par GFT. Le double-embrayage ( DCT ) verrait ses volumes baisser à compter de 2018. Il n'y a pas de nouveau produit identifié à ce jour pour le remplacer. Parallèlement à ces annonces, FORD indique que les volumes suivent la demande et qu'il faut s'adapter. Concernant les effectifs. Le seul « rajeunissement » viendrait du recrutement d'apprentis et d'un nombre limité d'embauches dans le cas de difficultés pour trouver les compétences en interne. FORD estime avoir tenu ses engagements au niveau de FAI. Les 1000 emplois n'étaient, pour FORD, qu'un objectif. C'est ce qui est acté dans l'accord signé entre FORD, l’État, les collectivités et Mairies. Pour FORD, les investissements ont bien été réalisés et les emplois ont été maintenus. De plus, il y a actuellement de nombreux intérimaires, en particulier au niveau du DCT. FORD est revenu sur les difficultés rencontrées il y a 12 – 14 mois, au niveau du DCT et sur la nécessité qu'il y a eu à renforcer les équipes de Blanquefort pour résoudre de nombreux problèmes. Ce qui a occasionné des changements. FORD attache une grande importance à la flexibilité entre les usines GFT et FAI. En cas de nécessité il est primordial que les salariés d'une usine puissent être prêtés à l'autre. FORD a insisté sur la nécessité que l'usine FAI soit efficiente, en particulier concernant les coûts, le nombre d'emplois. Il s'agit que l'usine FAI soit compétitive, réalise les objectifs fixés en matière de coût, de délais de livraison aux clients, de qualité… L'amélioration continue est aussi très importante. FORD a rappelé son investissement initial de 190 M$ et a remercié les salariés pour leur implication. Pour FORD l'essentiel est de se concentrer sur les objectifs à tenir. Les Représentants de FORD ont clairement indiqué qu'ils étaient les patrons et qu'ils géraient l'entreprise comme ils le veulent. Ils considèrent que le plan pour Bordeaux va au-delà de 2019 et que c'est le plus solide présenté en Europe. En résumé, si l'usine ne semble pas aujourd'hui en danger à court terme, il faut rester vigilants concernant au-delà 2019.

Déclaration au Comité de suivi

Déclaration des syndicats ouvriers au Comité de Suivi du 18 juillet 2016 Aujourd’hui nous sommes 956 actifs à l’effectif, donc de plus en plus éloigné du seuil des 1000 emplois qui avait été un engagement de Ford. Progressivement des postes et des emplois disparaissent (retraites, licenciements disciplinaires), ils ne sont pas remplacés car la direction parle d’un sureffectif. Pourtant le manque de personnel se fait ressentir dans tous les secteurs, ce qui occasionne une dégradation importante des conditions de travail. Des dirigeants Européens de Ford sont venus nous rencontrer jeudi 19 mai dernier pour nous exposer leur stratégie concernant l’usine de Blanquefort pour les années futures. Il en ressort de fortes inquiétudes pour l’ensemble des syndicats ouvriers. En effet les dirigeants ont repoussé l’annonce comme quoi FAI pourrait produire une boite de vitesses automatique pour les véhicules de petite cylindrée, confirmant aussi l’arrêt des autres activités pour la fin de la décennie. Voici quelques éléments de précision : • Le volume de cette boite de vitesses automatique pour les véhicules de petite cylindrée serait similaire à celui de la 6F35 soit 127 000 en 2020 et 124 000 en 2021. • Cette boite de vitesses automatique pour les véhicules de petite cylindrée n’est qu’une transmission à 6 vitesses alors que l’évolution technologique de Ford et des autres constructeurs en est à 7, 8 voire 9 vitesses. Déjà produite en Chine depuis 2014, elle n’a rien d’innovant. Il y aura très peu d’investissements (50 millions d’€) à comparer aux 2 milliards qui avaient été investis en Chine. • Comme pour la 6F35, nous ne ferons qu’assembler cette transmission. Nous n’usinerons donc pas grand-chose et donc, pas de création d’emplois à espérer là non plus. • Sa durée de vie serait autour de 2024. • La 6F35 ne sera plus vendue en Europe après 2019 et sera remplacée par un autre modèle qui sera fabriqué ailleurs, à Van Dike (US) et/ou en Asie. • Qu’en est-il de cet autre engagement qui est celui de faire du site de Blanquefort un centre d’excellence des boites de vitesses pour l’Europe ? • Le DCT sera arrêté en 2020 après avoir auparavant grandement réduit ses volumes en 2018 et 2019 et aucune activité de remplacement n’est prévue. Cette activité occupe autour de 200 emplois aujourd’hui ! • La production du carter Fox est annoncée à 350 000 pour 2017 et 2018 puis chutera de façon vertigineuse à 92 000 en 2020 et 53 000 en 2021. • Un TTH non entretenu, à l’avenir compromis « concurrencé » par l’usine voisine de GFT qui s’équipe en ce moment d’un secteur de Traitement Thermique plus important que prévu initialement. • Les effectifs vieillissants de FAI vont à l’évidence continuer à se réduire rapidement, car aucune embauche n’est envisagée ni aucune politique spécifique de formation. • Les dirigeants prévoient de prêter un nombre important de salariés à GFT. En raison de tout cela, la situation nous préoccupe particulièrement. Dans ces conditions, nous ne voyons pas comment l’avenir de l’usine peut être assuré. Pour nous un centre d’excellence de la transmission, cela signifie être réintégré dans le plan produit de Ford Europe et de fabriquer de « A à Z » (usinage, traitement thermique et assemblage) toutes les transmissions automatiques de différentes cylindrées pour le marché européen. Cela passe forcément par la fabrication à FAI de la nouvelle transmission remplaçante de la 6F35. Il est urgent de former, de recruter, de renforcer les compétences et les savoir-faire. Il s’agit de donner les moyens à l’usine et au personnel de produire et de travailler dans les meilleures conditions. La politique au rabais, celle qui consiste à réduire les coûts au maximum n’apporte que des problèmes de désorganisation, de dégradations de qualité et de conditions de travail. Au final, cela nous amène à coup sûr droit dans le mur. La situation de Ford Europe s’est redressée en redevenant bénéficiaire, et Ford a investi lourdement en Roumanie, Espagne, Russie et Turquie. Dès 2006 nous proposions la fabrication de véhicules électriques avec les savoir-faire d’autres entreprises locales et nous savons que Ford prévoit d’investir 4,5 milliards de dollars d’ici à 2020 pour l’adaptation et la fabrication de véhicules hybrides et électriques. Pour nous, il y a urgence que Ford change de stratégie, il y a urgence que Ford investisse à FAI pour préparer l’arrivée de nouvelles productions, pour occuper l’espace vide de l’usine (50% de l’espace total !), à ce que Ford s’engage pour de véritables activités qui occupent tous les emplois existants et qui permettent le recrutement des intérimaires (pour commencer), à mettre en place une politique de remplacement des anciens par un programme de formation et de maintien des compétences. Ford est-il prêt aujourd’hui à s’engager à investir et à apporter suffisamment d’activités à FAI afin d’assurer un avenir pérenne pour l’usine et à revenir à un fort niveau d’emploi ?

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !