Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CFTC  FORD

CFTC FORD

CFTC Ford Blanquefort FORD Aquitaine Industries FORD Motor Company


Avis de la CFTC sur la situation de FORD Aquitaine Industries (tract du 09 11 2018)

Publié par CFTC Ford sur 9 Novembre 2018, 06:05am

La recherche d’un repreneur

La Ford Motor Company (FMC) a fait le choix de rejeter l’offre de Punch Motive International. Cette société retravaille son offre jusqu’au 7 Décembre 2018 et continue à demander un alignement de ce qu’elle appelle les « coûts salariaux » par rapport au « marché ». Elle voudrait obtenir très rapidement un accord syndical dans ce domaine (au plus tard fin Novembre 2018). Son projet n’occuperait pas la moitié des effectifs actuels. Punch a de nombreuses exigences sans engagements suffisants. Du côté de la FMC, le cabinet Géris doit poursuivre la recherche d’un repreneur jusqu’au 17 Décembre 2018.

Le plus important est d’avoir un plan de reprise solide

Compte-tenu de notre niveau d’information, il n’y a pas à ce jour de repreneur potentiel ayant un plan de reprise pour FAI garantissant l’avenir du site et des emplois, offrant des possibilités valables à toutes et tous. Nous mettons cette première condition comme étant une obligation pour tout repreneur qui se respecte.

Comment juger une offre de reprise ?

Nous avons demandé, en 1er lieu, que le cabinet d’expertise du Comité d’Entreprise fasse un rapport sur la seule offre déposée et refusée par Ford. Nous l’attendons. Nous avons posé des questions sur de nombreux éléments concernant le plan produit, sa viabilité, les clients, les éléments financiers, le personnel, ce qu’il advenait de tous les salariés (pré-retraitables, ceux qui souhaiteraient partir à GFT ou à l’extérieur, ceux qui y seraient contraints etc...) les garanties apportées, les engagements du repreneur en terme de maintien des emplois etc... Il nous manque toujours de nombreux éléments. Notre exigence est la même vis-à-vis de Géris et de la FMC. De nombreuses parties prenantes nous opposent la confidentialité maintenant ainsi une opacité malsaine alors que l’ensemble des éléments regardent les salariés de FAI et leurs représentants. C’est notre avenir qui est entre leurs mains !

Le chantage à l’emploi

SI un repreneur potentiel se permettait de poser comme première exigence de remettre en cause des acquis sociaux, de baisser les salaires, il se s’agirait ni plus ni moins que de chantage à l’emploi. Aujourd’hui se serait en mettant en « compétition » des salariés Français. Mais demain pourquoi ne pas nous aligner sur les salariés Chinois avec les conditions de travail correspondantes ?

Ce n’est pas aux Organisations Syndicales de « négocier » des baisses de droits sociaux et salariaux !

Nous sommes là pour défendre et renforcer les droits acquis par toutes et tous les salariés. Nous ne cautionnerons pas leur remise en cause et ne l’envisageons pas.

Poursuivre les discussions d’amélioration des mesures du PSE

S’il advenait qu’il n’y ait pas de reprise il reste important d’améliorer le niveau des mesures actuelles.

Nous sommes sociaux !