Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CFTC  FORD

CFTC FORD

CFTC Ford Blanquefort FORD Aquitaine Industries FORD Motor Company


Ford Blanquefort, la multinationale tiendra-t-elle ses engagements ?

Publié par CFTC Ford sur 6 Septembre 2014, 12:54pm

L'interrogation légitime des salariés alimente les conversations.

Les négociations débutées à l'usine Getrag Ford Transmission ne rassurent pas le personnel de Ford Aquitaine Industries.

A GFT, Ford et Getrag font un chantage à l'emploi et veulent remettre en cause l'accord sur les 35h, les RTT, les horaires de travail...

A Ford Aquitaine Industries, les négociations débutent la semaine prochaine.

La Direction a planté le décor: il s'agit pour elle d'augmenter la flexibilité et d'étendre le prêt de main d'oeuvre entre FAI et GFT. 150 à 200 salariés de FAI seraient concernés, essentiellement issus de l'usinage.

Les représentants de Ford établissent un lien entre les concessions que nous accepterions aujourd'hui et l'hypothétique obtention d'une nouvelle transmission pour FAI en... 2019.

Depuis que Ford a repris FAI, la position de la CFTC a été  de reconnaître les avancées chaque fois qu'il y en avait ( retour du logo Ford, nouveaux investissements bien qu'ils soient insuffisants ).

Mais la CFTC conserve un esprit critique et réclame toujours des investissements supplémentaires garantissant l'avenir du site et de nos emplois.

Nous n'oublions pas que Ford nous a envoyés au casse pipe en nous vendant aux fossoyeurs de la HZ Holding.

Nous n'oublions pas que Ford, après avoir tenté d'imposer un accord de garantie qui aurait conduit à la mort de notre entreprise, a tout fait pour réduire l'activité de FAI diminuant massivement ses effectifs qui sont passés de plus de 3000 salariés à 1000 aujourd'hui.

Pour la CFTC, nous défendons toujours qu'il faut que Ford donne des activités supplémentaires occupant la totalité des hectares de surface de notre usine dont l'ancien outil de travail a été démantelé par Ford.

Ford s'est engagé à maintenir au moins 1000 emplois, sur le site de Ford Aquitaine Industries, pour au moins cinq ans. 

Les politiques, les médias, se sont faits l'écho de cet engagement.

Les uns ont donné des millions d'Euros d'argent public à Ford via FAI.

Les autres ont largement contribué à faire la propagande d'une multinationnale qui finalement présenterait un visage humain et sauverait notre site et les emplois.

Mais comme certains ont osé nous le dire: les contrats ne regardent que ceux qui les signent (référence aux conventions signées entre collectivités territoriales et Ford), les promesses n'engagent que ceux qui les croient.

A ce jour, alors que les politiques connaissent la situation, ils viennent même en visite organisée sur le site en écoutant la bonne parole de la Direction locale qui nous vendait hier que la HZ Holding  était le seul avenir possible pour FAI.

Inutile de préciser qu'ils visitent rarement les locaux syndicaux et que les opposants d'hier, arrivés au pouvoir aujourd'hui, ont du mal à démontrer un changement de politique et d'attitude vis-à-vis des grands argentiers et des multinationales.

Nous ne pouvons pas nous satisfaire de cette situation.

Ford a pris des engagements, Ford doit les tenir !

Pour la CFTC, Ford n'a pas renié son engagement et n'a fait aucune annonce officielle dans ce sens.

Celà signifie que l'accord signé l'an dernier est toujours d'actualité et que toute la classe politique a le devoir de le faire respecter.

Car tous les ténors locaux de la politique, de droite comme de gauche, y compris l'extrême gauche, se sont alloués, à un moment ou un autre, la gloire du sauvetage du site. Cela a même pris une dimension nationale, voire plus...

Les partis traditionnels sont bien silencieux aujourd'hui. 

Il ne faudrait pas qu'ils pensent que ne rien dire et ne pas "fâcher" Ford garantira l'avenir de notre site. Ils peuvent aller voir leurs homologues belges pour savoir comment a opéré la multinationale.

Nous voilà donc avec l'ouverture de la négociation à FAI où Ford et ses représentants, qui ont commencé à dénoncer les accords en vigueur depuis des années, semblent vouloir obtenir des reculs sociaux contre de nouvelles promesses  !

Hier, Ford promettait 1000 emplois à FAI et la fin du chômage partiel en 2013.

Si ford veut nous jouer du pipo nous ne sommes pas du bois dont on fait des fluttes !

La stratégie de Ford a toujours été de diviser pour régner.

La politique tenue à FAI par la multinationale et ses représentants a conduit à l'affaiblissement des organisations syndicales réformistes et de progrès.

Car tant du point de vue du nombre d'emplois, de la technicité d'une bonne part de ceux-ci, des conditions de travail et de rémunération. Ford n'a eu de cesse que de "tirer" vers le bas. 

Dans un tel contexte il est impossible pour les organisations syndicales réformistes d'avoir une autre attitude que la défiance. 

A GFT, certaines organisations syndicales auraient choisi d'accepter et auraient  proposé des reculs sociaux et financiers.

Iront-ils, en bons serviteurs fidèles, jusqu'à "vendre" à leurs collègues qu'il vaut mieux accepter de perdre "un peu" plutôt que de tout perdre ? Jouant ainsi le jeu d'un patronat qui sacrifie le pouvoir d'achat, la vie de famille des salariés pour la productivité et les dividendes des actionnaires !

Avec Sarko l'objectif était de travailler plus pour gagner plus ! Inutile de rappeler ce qu'il est advenu de cette promesse !

Et bien ils ont trouvé mieux: Travailler plus pour gagner moins !

Ce n'est pas notre conception du progrès social.

Les baisses de salaires, l'acceptation de reculs quels qu'ils soient n'ont jamais permis, à court ou moyen terme, de sauver une entreprise.

La multinationale en vient à pratiquer le chantage à l'emploi et à utiliser le dumping social comme un argument de négociations.

Dans un tel contexte, la voix de la seule contestation apparait à nombre de nos collègues la seule alternative face à des dirigeants qui ne respectent rien ni personne.

Une autre voie est pourtant possible.

Celle consistant à ce que Ford considère effectivement FAI et GFT comme un centre d'excellence pour des produits à haute valeur ajoutée ( transmissions automatiques de dernière générations et haut de gamme, fabrication complète de nouveaux moteurs, bureau d'étude recherche et développement ...).

Et lorsque l'on parle de produits de nouvelles générations, certains médias feraient bien de faire un véritable travail d'investigation avant d'annoncer que des produits sont nouveaux alors qu'ils sont fabriqués depuis des années aux Etats-Unis.

Les bénéfices réalisés sur des productions de ce type, obtenus par le dépôt de brevets et l'inovation technologique,  permettraient de maintenir et améliorer nos conditions d'emplois tout en contentant les actionnaires.

L'utilisation totale de l'espace actuellement innocupé diminuerait d'autant les coûts fixes.

La masse salariale dans son ensemble serait en rapport avec la taille du site.

Tout cela est connu des dirigeants de Ford auxquels nous avons fait le reproche de placer FAI dans une situation intenable.

Un observateur extérieur allait jusqu'à parler de sabotage organisé.

 

Chacun va effectivement avoir à assumer ses responsabilités.

Si Ford et ses représentants locaux restent sur un type de management et des objectifs plus dignes d'un temps révolu que du 21ème Siècle, ils seront face à un mur.

Nous sommes sociaux !