Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CFTC  FORD

CFTC FORD

CFTC Ford Blanquefort FORD Aquitaine Industries FORD Motor Company


FORD: Négociations accord de flexibilité.

Publié par CFTC Ford sur 1 Septembre 2014, 06:42am

Mardi 2 Septembre 2014: Ouverture des négociations, établissement du calendrier des réunions et des délégations par organisations syndicales.

Comme prévu cette réunion n'a apporté aucun élément concret concernant le contenu de l'accord "flexibilité" que souhaite mettre en place la Direction de FAI.

Deux réunions par semaine durant Septembre et une réunion finale en Octobre.

La CFTC a rappelé l'importance et son attachement à l'équilibre entre vie professionnelle, vie familiale, vie sociale.


Ford s'est engagé à maintenir au moins 1000 emplois sur le site de FAI.

Ford doit tenir ses engagements !

 

Les salariés ont fait suffisament de concessions.

Le nombre de salariés de FAI a été réduit de plusieurs milliers.

Les plans de suppressions d'emplois, que tous les dirigeants politiques qui se sont succédés qualifient de plans de sauvegardes ont conduit à réduire les effectifs de FAI.

En quelques années, nous sommes passés de plus de 3000 emplois à des manoeuvres de Ford visant à passer en-dessous de 1000, contrairement aux promesses faites.

Les salariés de FORD doivent prendre conscience de leurs capacités.

Ford ne peut et ne pourra rien produire et faire de l'argent sans la confiance de ses employés et leur implication dans l'entreprise FAI.

Et ce n'est pas en remettant en cause les accords sur le temps de travail, en voulant flexibiliser ou autrement dit désorganiser la vie sociale et professionnelle de ses employés, comme Ford tente aujourd'hui de le faire dans l'usine voisine Getrag Ford Transmission que Ford va motiver ses salariés.

Au niveau de FAI, nos dirigeants parlent essentiellement de prêt de main d'oeuvre massif ( 150 à 200 personnes ) à Getrag Ford Transmission et de flexibilité, sans en préciser les termes.

La stratégie de Ford est de mettre en avant l'obtention d'une hypothétique nouvelle transmission pour FAI... en 2019 !

Le plan de reprise de FAI par Ford, imposé en 2011, comprend des engagements en matière d'investissements et de maintien des emplois. La contrepartie: réduction des effectifs et modération salariale.

Depuis 2011 Ford refuse d'investir un euro de plus que ce qui reste sur les comptes de FAI après le passage des fossoyeurs de la HZ Holding.

Ce refus d'investissements suffisants de FORD a conduit à maintenir FAI en dessous du seuil de rentabilité. Certes il s'agit de données purement comptables.

De plus, les prévisionnels de volumes de productions n'ont pas été tenus, d'où la situation de chômage partiel massif que nous subissons.

Il est de notre responsabilité de rappeler à FORD les engagements que la multinationale a pris.

Tout comme les politiques, à tous les niveaux et de tous bords, doivent intervenir car ils sont les co-signataires de conventions liant Ford et les collectivités territoriales et de l'accord du 24 Mai 2013 dans lequel Ford s'engage à maintenir au moins 1000 emplois sur le site de FAI.

Nous n'oublions pas que depuis les années 70, le site de Ford Blanquefort  a fourni du travail à des milliers de salariés. Ford a toujours payé les salaires.

Mais nous avons assisté à un changement de mentalité dans le monde FORD. Au nom de la rentabilité ou d'intérêts obscurs Ford n'hésite plus à sacrifier de nombreux salariés sur l'hôtel de la rentabilité.

Aux hommes dont l'industrie automobile et l'évolution technologique étaient les principaux moteurs. A ceux qui accordaient plus d'intérêt à l'humain qu'à leurs bénéfices,  ont succédé les vampires de la finance et les gourous de la rentabilité.

Mais encore aujourd'hui et pour longtemps, la production de richesses passe par l'Homme. En d'autres termes, ceux qui veulent s'en mettre plein les poches doivent employer d'autres femmes et hommes pour y parvenir.

Si les salariés sont dépendants des employeurs en terme d'emplois et de revenus. Les employeurs ne peuvent produire et faire des bénéfices que si ils ont des employés compétents et motivés.

Il est donc de l'intérêt des employeurs de maintenir le plus haut niveau de motivation de leurs salariés et cette motivation dépend grandement de facteurs tels que le respect, la fierté d'appartenir et de représenter son entreprise, les salaires, l'organisation et les conditions du travail, l'intérêt du travail, les avantages et services qu'à le salarié...

L'oubli de ces fondamentaux conduirait toute entreprise au déclin.

Pourtant, certains ont du mal à intégrer ces éléments. Ainsi il semble qu'il subsiste encore des rois du chronomètre et du flicage !

C'est vrai qu'en pleine période de chômage massif il faut mettre le personnel sous pression et produire plus pour gagner moins en finissant la semaine en chômage partiel ! 

Malgré la méthode Coué, la répétition tant par les gourous médiatiques, que nos politiques, les dirigeants de FAI, de la FMC, qui nous répètent à longeur de temps que tout va mal, c'est la crise...

En réalité il y a de nombreuses choses positives qui se passent tous les jours. Il y a  des entreprises qui se créent, qui innovent. Même chez Ford.

Nous avons les capacités pour résister au défaitisme et à la démoralisation. 

Notre intérêt est de maintenir notre niveau de vie.

C'est aussi l'intérêt de l'Etat et des collectivités territoriales car leurs ressources financières  dépendent des emplois et de leurs conditions.

Le droit au travail est inscrit dans la constitution Française.

Si Ford veut faire du dumping social, nous avons en nous les ressources pour leur rendre la tâche difficile.

Apprenons à sourire de la bassesse des calculs de certains dirigeants. 

Notre intérêt est de maintenir nos emplois, d'améliorer nos conditions de travail, de gagner de nouveaux avantages...




 

 


 

 

 

 



Nous sommes sociaux !